Présentation de Plomeur

Fiche d’identité

PLOMEUR – PLOVEUR en breton

Appelée la grande paroisse – PLO, PLOUE : paroisse / MEUR : grand ou grande.

  • Région : Bretagne
  • Département : Finistère
  • Arrondissement : Quimper
  • Canton : Plonéour-Lanvern
  • Superficie : 2968 ha
  • Population totale : 3863 plomeurois au recensement 2018
  • Nom des habitants : plomeurois ou plomeuristes

La commune de Plomeur est issue d’une fondation bretonne primitive (Vème, VIème) couvrant originellement tout le sud-ouest du Cap Caval (Bernard TANGUY : dictionnaire des communes, trèves et paroisses du Finistère).

Le territoire fut certainement l’objet d’une occupation importante dès la préhistoire comme le montrent encore les nombreux sites répertoriés sur la commune (ZPPAU de la commune de février 1987 – thème archéologique).

A la révolution française, la paroisse de PLOMEUR se trouve agrandie d’une partie de l’ancienne paroisse de Beuzec Cap Caval, ainsi que l’enclave de Langeriguen et celle de Langougou, dépendant jusqu’alors de Loctudy.

On lui enlèvera par contre une dizaine de villages avec la chapelle de la Madeleine, rattachés à Penmarc’h. Plomeur devenue commune, perdra encore en 1883, lors de l’érection du Guilvinec en paroisse, la chapelle Saint Tremeur (Bernard TANGUY : dictionnaire des trèves, communes et paroisses).

Les armoiries de Plomeur

La science héraldique ou science du blason n’est autre chose que la connaissance des armoiries et l’art d’en nommer toutes les parties selon leurs terme propres.

Que sont dont les armoiries en général et celles de Plomeur en particulier ?

Extrait du bulletin municipal de 1996 à télécharger

 

La révolte des Bonnets Rouges

Plomeur, haut lieu des Bonnets rouges.

La chapelle Notre Dame de Tréminou restera à jamais comme l’un des hauts lieux emblématiques de la révoltes des Bonnets Rouges. C’est en effet la chapelle de Plomeur que les révoltés ont choisi, le 2 juillet 1675, pour adopter et promulguer leur cahier de revendications, passé à la postérité sous le nom de « Code paysan »…

Extrait du bulletin municipal de 2010 à télécharger.

Noms de lieux et toponymie

Suite à la signature des la charte Ya d’ar brezhoneg, la commune a confié l’étude normative des toponymes à l’office de la langue bretonne qui a bénéficié de l’aide des habitants pour effectuer les recherches avec pour objectif de normaliser et d’attribuer à chaque toponyme une forme et une seule.

Pour en savoir + : www.brezhoneg.bzh